mardi 29 janvier 2008

En ce mardi matin, gris et morne je me rends tranquillement au travail.
C'est une des choses que j'aime bien dans ma job, je ne sais absoluement pas quel genre de journée je passerais... Des fois tout est calme et endormant et cinqs minutes plus tard le code est lancer, réanimation massage cardiaque et nous voila dans l'action.

Je dis souvent que lorsque j'arrive au stationnement je laisse pour quelques heures mon coeur dans l'auto. Triste phrase direz-vous, en effet. Mais il faut comprendre aussi pour notre bien être psychologique qu'on ne peut constamment prendre toutes les émotions que vivent nos patients parceque sa serait totalement inhumain. Il y a une sorte de vide qui se crée en nous un blocage émotif qui se dévellope avec le temps. Il arrive parfois, que ce blocage ne se fait pas. Il y a des cas qui nous prenne directement au trip et qui vienne chercher au plus profond nos sentiment. Il arrive a l'occasion de reconnaitre une personne qui nous est chere a travers un patient, des ressemblance physique et a ce moment, c'est tres difficile.

Un cas me reste en tête depuis des mois il était tot le matin, une ambulance arrive et sur la civiere un jeune homme de 18 ans est allonger inconscient. Il y a autour de moi une febriliter tres négative. C'est alors que je sens sur mon épaule la main d'un docteur me poussant pour monter sur la marche de la civiere et en me demandant de commencer immédiatement le massage. Je masse je masse mais ma tête est ailleurs, je ne peut m'enpecher de regarder le visage du jeune homme et de voir mon frere a travers lui. Une sorte d'adrénaline me parviens et je ne ressens aucune fatigue a masser. Quelque part, peut etre dans la piece juste a coter de moi un pere, une mere peut etre des frere et soeurs attendent de voir si la vie de leur enfants sera sauver. Je ne pourrais dire combien de temps a passer mais une chose est sur je ne parviens pas a entendre le bruit des appareils me signifiant que le coeur bat. Le médecin décide alors de constater le décés. C'est terminer il n'y a plus rien a faire....

Je ne sais trop pour quel raison j'avais envie de partager cela aujourd'hui, mais dans les jours qui viennent, n'hésitez pas a dire a vos proches combien ils sont cher pour vous et a quel point vous les aimez. Vous ferez du bien a c'est personnes et vous vous sentirez bien vous aussi. Passer par dessus la géne de dire les vrais choses est beaucoup plus facile que de vivre une vie entière avec des remords sur la conscience.

1 commentaire:

The Green Head a dit…

Très beau message. L'amour on ne l'a dit jamais assez.

Tu as tout mon respect d'exercer le métier que tu fais.